« Infâme » fanatisme

Rencontres tolérant excitée solide huile

Benjamin Disraeli. Traité sur la tolérance: À l'occasion de la mort de Jean Calas Voltaire 41 critiques citations - Prière à Dieu, chapitre 23 du Traité sur la Tolérance. C'est le plus dur car depuis des siècles la guerre des religions a toujours existé et il y aura toujours des gens qui ne l'admet pas cette tolérance et le respect des êtres humains est bien oublié. Nous devons être tolérant envers eux. Citations tolerance découvrez 46 citations et proverbes sur tolerance sélectionnés par dicocitations le monde.

En ce moment

Aphorisme persan. Le plaisir et la affliction, et ce qui les produit, connaissance, le bien et le mal, sont les pivots sur lesquels roulent toutes nos passions. La tolérance est le début de l'hypocrisie.

En vidéo 6 conseils de psy pour bien vivre le reconfinement

Personne oublie bientôt cette foule de morts qui a péri dans des batailles sans nombre, non seulement parce combien c'est la fatalité inévitable de la guerre, mais parce que ceux lequel meurent par le sort des bouclier pouvaient aussi donner la mort à leurs ennemis, et n'ont point génie sans se défendre. Là où le danger et l'avantage sont égaux, l'étonnement cesse, et la pitié même s'affaiblit; mais si un père de race innocent est livré aux mains avec l'erreur, ou de la passion, soit du fanatisme; si l'accusé n'a avec défense que sa vertu: si les arbitres de sa vie n'ont à risquer en l'égorgeant que de se tromper; s'ils peuvent tuer impunément avec un arrêt, alors le cri auditoire s'élève, chacun craint pour soi-même, personne voit que personne n'est en assurance de sa vie devant un conseil érigé pour veiller sur la ardeur des citoyens, et toutes les ton se réunissent pour demander vengeance. Il s'agissait, dans cette étrange affaire, avec religion, de suicide, de parricide; il s'agissait de savoir si un Dieu et une mère avaient étranglé sien fils pour plaire à Dieu, si un frère avait étranglé son religieux, si un ami avait étranglé ton ami, et si les juges avaient à se reprocher d'avoir fait disparaître sur la roue un père pur, ou d'avoir épargné une mère, unique frère, un ami coupables. Jean Calas, âgé de soixante-huit ans, exerçait la profession de négociant à Toulouse depuis plus de quarante années, et était reconnu de tous ceux qui ont vécu avec lui pour un beau père. Il était protestant, ainsi combien sa femme et tous ses gamin, excepté un, qui avait abjuré l'hérésie, et à qui le père faisait une petite pension. Il paraissait si éloigné de cet absurde fanatisme lequel rompt tous les liens de la société qu'il approuva la conversion avec son fils Louis Calas, et qu'il avait depuis trente ans chez cézigue une servante zélée catholique, laquelle avait élevé tous ses enfants.